Oxymètre de pouls : tout savoir sur ce dispositif de santé.


L’oxymètre de pouls (ou saturomètre) est un appareil de diagnostic médical d’oxymétrie colorimétrique qui permet de mesurer le taux d’oxygène présent dans le sang (plus précisément, la saturation en oxygène de l’hémoglobine dans les artères (SpO2)). La valeur normale de saturation en oxygènechez une personne en bonne santé est située entre 98 et 100 %. L’oxymètre permet également de mesurer la fréquence cardiaque en mesurant la variation des différents flux de sang au niveau des extrémités.


Qui peut utiliser ce type d’appareil de diagnotic médical ?

L’oxymètre de pouls est un outil de diagnostic médical essentiel désormais accessible aux professionnels de la santé et aux particuliers. Le capteur d’un saturateur se présente généralement sous forme de « pince », ce qui permet de le placer facilement et de manière stable au niveau des doigts, des oreilles, des ailes du nez et des orteils chez l’adulte. En pédiatrie, le capteur est plus souvent placé au niveau des orteils du pied pour un meilleur confort de l’enfant.

L’usage de l’oxymètre de pouls est réservé à différents types de personnes :

  • les personnes présentant divers problèmes de santé tels que insuffisance cardiaque, broncho-pneumopathie chronique obstructive, d’asthme bronchique, apnée du sommeil, arythmie (variation du rythme cardiaque) ou hypoxie(chute du taux d’oxygène) par exemple;
  • les parents de bébés nés prématurés pour effectuer un bilan régulier de l’état de santé de leur nourrisson;
  • les personnes sportives souhaitant évaluer leur taux d’oxygénation sanguine et leur fréquence cardiaque dans le cadre de la pratique de leur discipline, notamment pour les sports d’altitude tels que l’alpinisme, le ski, ou encore l’aviation sportive;
  • enfin, les médecins et tout autre personne appartenant au corps médical dans le cadre d’une consultation privée, ou plus généralement à l’hôpital, pour assurer le suivi d’un patient après une opération chirurgicale par exemple.

Comment les oxymètres de pouls parviennent-ils à mesurer le taux d’oxygène dans le sang?

Le fonctionnement des oxymètres de pouls repose sur la capacité d’absorption des lumières rouges et infrarouges par le sang, en fonction de sa saturation en oxygène.

Afin de calculer l’oxymétrie (ou taux de saturation du sang en oxygène SpO2), il convient d’établir un rapport entre la concentration sanguine en oxyhémoglobine (CHbO2) et la concentration totale d’hémoglobine dans le sang (CHb). Soit SpO2 = CHbO2 / CHb

Pour rappel, le sang est composé à 33% d’hémoglobine. C’est cette molécule, composée principalement d’atomes de fer, qui permet au sang de transporter l’oxygène capté au niveau des poumons vers les différents tissus de l’organisme.

Lorsque l’oxygène est capté par l’hémoglobine au niveau des poumons, il se transforme en oxyhémoglobine. Lorsqu’il est libéré au niveau des tissus de l’organisme, il devient de la désoxyhémoglobine.

C’est sur principe que se base le fonctionnement des oxymètres de pouls: l’oxyhémoglobine a la capacité de mieux absorber les lumières infrarouges, contrairement à la désoxyhémoglobine qui absorbe davantage les lumières rouges. Le calcul de la quantité de lumière absorbée permet ainsi de mesurer la saturation du sang en oxygène.

Comment utiliser un oxymètre de pouls pour prendre soin de sa santé?

Bien qu’il existe une très grande variété de saturomètres disponibles sur le marché, le mode d’emploi de chaque appareil reste sensiblement simple et identique : allumage du dispositif, prise des mesures (taux d’oxymétrie / fréquence du pouls), lecture des données.

Toutefois, pour votre information, il est essentiel de prendre en compte les contre-indications suivantes pouvant conduire à l’obtention d’un résultat faussé :

  • Présence de vernis à ongles ou port de faux ongles,
  • Doigt mal positionné ou trop gros,
  • Doigt sale ou graisseux pouvant endommagé le capteur,
  • Hypothermie,
  • Anémie,
  • Hypotension artérielle,

La vidéo ci-dessous présente de manière très détaillée le fonctionnement de l’excellent modèle d’oxymètre P30 de la marque Beurer. (Pour votre information, nous vous invitons à retrouver la présentation et comparatif détaillé de ce modèle dans notre dossier « Notre sélection d’oxymètre de pouls sur Amazon« )

Comment bien choisir son oxymetre de pouls?

Afin de faire son choix parmi la très grande variété d’oxymètres disponibles sur le marché, il conviendra de prendre en compte différents critères d’appréciation :

  • Le type : il existe essentiellement 2 types d’appareils : l’oxymètre dit « doigtier » ou « oxymètre à pince » et/ou l’oxymètre à capteur séparé. Le premier type, avec son moniteur intégré directement dans le capteur à pince, se veut compact, et facilement transportable. Il est le type le plus répandu sur le marché grand public. Le second, quant à lui, dispose d’un moniteur relié par câble au capteur. Il est généralement encombrant mais fait souvent preuve d’une grande polyvalence. C’est donc le type privilégié par les services hospitaliers et pré-hospitaliers.
  • La facilité de lecture : selon la fréquence et les conditions d’utilisation, l’aptitude à la lecture de l’utilisateur principal, il est très important de choisir son oxymètre de pouls en fonction des qualités et performances d’affichage de celui-ci. Rétroéclairage, écran multi-directionnel, vitre antireflet, chiffres larges et contrastés, voilà autant de critères qui doivent faire la différence et vous aiguiller dans votre choix.
  • La solidité : Ce point est presque aussi important que les deux premiers. Selon votre utilisation, si vous êtes pompier ou alpiniste par exemple, votre oxymètre de poulssera plus ou moins soumis à des risques de chutes et de chocs, mais également parfois plus exposé à la poussière ou à l’eau. Or, comme tout appareil de diagnostique médical, un oxymètre est un appareil sensible et fragile. Si cela n’est pas fourni à l’achat de votre appareil, il est vivement conseillé d’acquérir un accessoire de protection telles qu’une pochette ou une coque de protection.
  • L’autonomie : Il s’agit d’un conseil non négligeable si vous envisagez une utilisation pluri quotidienne de votre appareil. En effet, la majorité des oxymètres de pouls sont des appareils à pile. Il sera intéressant d’évaluer la consommation potentielle de l’appareil en fonction de la capacité énergivore de écran d’affichage (grand écran, nombreuses couleurs, puissant rétro-éclairage), mais également, en fonction de si l’appareil possède oui ou non une fonction d’arrêt automatique.

Quelles sont les meilleures marques d’oxymètre de pouls pour évaluer votre oxymétrie?

Comme dans tous les domaines d’activité, il existe définitivement des marques leader sur le marché des oxymètres de pouls. Et bien qu’il ne soit pas toujours nécessaire de « payer cher » pour avoir de la qualité, il est fortement recommandé de faire confiance à ces marques de renom pour avoir la certitude d’investir dans un appareil médical de qualité, offrant garantie et qualité de service durable dans le temps.

Logo de l'entreprise Beurer GmbH
Beurer : société allemande de très grande renommée, spécialiste du domaine de la santé depuis 1919.
Logo de l'entreprise Nonin
Nonin : société américaine, active depuis plus de 30 ans dans le secteur médical, spécialisée dans les appareils de monitoring de haute précision.
Logo de l'entreprise Omron
Omron : Société japonaise depuis 1933, active dans le domaine industriel, spécialiste du matériel de monitoring haut-de-gamme.

Historique de l’oxymètre de pouls.

Le premier oxymètre de pouls, non invasif et non pulsatile, a été conçu par Carl Matthes en 1935.

Cependant, c’est seulement en 1970 que le premier modèle d’oxymètre commercialisable a été inventé par les scientifiques de l’Université de Hewlett-Packard. Relativement différent des saturomètres tels que nous les connaissons aujourd’hui, leur appareil était capable de mesurer la saturation en oxygène dans le sang mais nécessitait l’échauffement des tissus à 41° afin d’augmenter le flux sanguin, ce qui présentait un inconvénient majeur par rapport aux oxymètres de pouls modernes.

En 1974, le Professeur Takuo Aoyagi découvre qu’il est possible de mesurer la saturation pléthysmographique en O2 (SpO2) en analysant les pulsations de signaux lumineux traversant les tissus. Cette découverte marquera un réel tournant dans l’histoire des oxymètres.

Le Nellcor N- 100, premier oxymètre de pouls à usage routinier, sera finalement commercialisé en 1982.